, Législatives 2024 dans les Yvelines. Meilleur score, 0,75 % : rencontre avec un petit candidat qui s’accroche

Législatives 2024 dans les Yvelines. Meilleur score, 0,75 % : rencontre avec un petit candidat qui s’accroche

, Législatives 2024 dans les Yvelines. Meilleur score, 0,75 % : rencontre avec un petit candidat qui s’accroche
Voir mon actu

Et de six. Après 2002, 2007, 2012, 2017 et 2022, Alain Lépicier, habitant de Sartrouville (Yvelines), est encore une fois candidat aux élections législatives pour la 5e circonscription des Yvelines. Sous la bannière du parti Lutte ouvrière, il compte bien faire entendre de nouveau « la voix des travailleurs » pour ce scrutin des dimanches 30 juin et 7 juillet 2024.

Ce facteur parisien de 61 ans n’a jamais franchi l’obstacle du premier tour. Son meilleur score, en 2022, s’élevait à un tout-petit 0,75 % des suffrages, soit 296 voix sur un territoire contrasté, entre des villes riches comme Maisons-Laffitte et Le Vésinet et une commune plus populaire comme Sartrouville.

Malgré ces résultats modestes, il n’a pas hésité une seule seconde à renfiler son costume de candidat au soir de la dissolution. Qu’est-ce qui motive ce militant engagé mais certain, sauf improbable concours de circonstances, d’échouer une nouvelle fois en raison du caractère plutôt marginal des idées d’extrême gauche qu’il porte ?

À lire aussi

Défenseur d’une Gauche qui ne déçoit pas ?

« Pour défendre un programme, faire passer un message dans la société », répond l’intéressé, par ailleurs syndicaliste CGT, conscient aussi que le parti de Nathalie Arthaud, qui n’a jamais décroché un siège à l’Assemblée de son histoire, sera peut-être plus que jamais « victime du vote utile » en cette période trouble sur le plan politique. « De toute manière, on n’obtiendra pas ce que l’on veut par les élections, mais par la lutte », argumente-t-il encore convaincu de jouer, à son échelle, un rôle de « rempart à l’extrême droite » et de ne pas participer à une éventuelle dispersion des voix dans son propre camp.

« La montée du RN est la conséquence d’une Gauche qui a déçu, à l’image de Mitterrand, Jospin, Hollande. Une partie des travailleurs a abandonné la gauche pour voter, par dépit et par colère, pour l’extrême droite. C’est un non-sens. »

Alain Lépicier, candidat à la législative dans la 5e circonscription
Vidéos : en ce moment sur Actu

Lui se présente comme un héritier du PS et du PC des débuts, restés sur les fondamentaux : « lutte des classes », « défense des travailleurs contre la grande bourgeoisie et le patronat », « antiracisme »… Des idées qui ne prennent pas, en tout cas pas sous cette forme, à voir les 0,49 % réalisés par LO aux dernières européennes. « Nous souffrons aussi d’une faible médiatisation, indique Alain Lépicier. Mais on a toujours une base de militants. On sent aussi que dans le contexte de crise, nos revendications reprennent du poil de la bête. »

À lire aussi

Une candidature portée sur des thèmes nationaux

Son parti, qui a présenté un candidat dans presque toutes les circonscriptions, milite pour une hausse des salaires pour « l’ensemble des travailleurs », et notamment l’établissement du smic à 2 000 € par mois. Lui se concentre sur ces thématiques nationales et n’a pas développé réellement de programme local. « Prêt à siéger » à l’Assemblée nationale pour « dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas », il s’adresse à ceux qui désirent « voter pour quelqu’un qui leur ressemble ».

Au premier tour, il affrontera sept candidats, dont l’ancien député-maire Jacques Myard (LR soutenu par le RN) et Yaël Braun-Pivet, la députée sortante et ex-présidente de l’Assemblée nationale. À gauche, il aura face à lui Yassine Benyettou pour le Nouveau Front populaire.

Suivez toute l’actualité de vos villes et médias favoris en vous inscrivant à Mon Actu.

Source

En résumé, DMJarchives.org se positionne comme un gardien vigilant de l’histoire locale en Île-de-France, offrant un accès sans précédent à une multitude de trésors d’archives numériques. Avec un engagement ferme envers la préservation de la richesse culturelle et patrimoniale de la région, DMJ Archives redonne vie aux documents historiques disparus, les rendant accessibles à tous. Grâce à une organisation méticuleuse par territoire, cette plateforme permet une plongée immersive dans l’histoire de chaque ville et commune francilienne. De la reconstitution des sites internet locaux à la compilation d’une photothèque riche en images digitales, en passant par la mise à disposition de documents variés, DMJarchives.org constitue une ressource inestimable pour les chercheurs, les étudiants et les habitants de la région. En somme, en archivant méticuleusement ces témoignages du passé, DMJarchives.org s’érige en véritable gardien de la mémoire collective de l’Île-de-France. Explorez cette précieuse plateforme pour découvrir et redécouvrir les trésors cachés de la région, archivés pour les générations futures.